• Prologue

    J’étais là, dans cette pièce carrée et sombre. Ils avaient donc réussi à m’attraper, mais ils ne me garderaient pas ici très longtemps, il ne faut pas me sous-estimer. Je regardais la caméra censée me « surveiller », « un appel et cette caméra est hors-service » me disais-je, mais non ce serait trop simple, beaucoup trop simple.

    Je regardais plus soigneusement les murs ; des murs gris, tachetés d’un gris plus sombre dont on ignore l’existence et un miroir sans teint sale et poussiéreux. Des caméras étaient branchées à chaque coin des murs et le petit clignotant agaçant rouge, me faisait comprendre que j’étais surveillée sous toutes les coutures.

    Je souris intérieurement en me disant qu’ils devaient me regarder et attendre un moindre de mes gestes qui leur ferait comprendre qu’ils devraient mettre hors-service les caméras, ce qui m’aurait permis de m’échapper bien plus rapidement, mais non, je ne trouvais pas ça amusant, je voulais y aller jusqu’au bout et leur montrer que même avec la moindre preuve qui m'accablait, ils ne me mettraient jamais en prison, parce que, j’avais toujours un coup d’avance.  Je continuais de détailler la pièce, il y avait une table de métal grise en son centre et une chaise de chaque côté. Je n’aurais jamais cru que les salles d’interrogatoire ressembleraient autant à celles que je voyais à la télévision.

    Les cliquetis de la serrure de la porte me firent sortir de ma rêverie, je repris rapidement mon air paniqué et apeurer avant que l’homme n’entre. La porte s’ouvrit sur un homme chauve, un peu enrobé, habillé d’un ensemble assez sombre, le tout surplombé d’un visage dur. Il me fixait comme un prédateur fixait une proie, si seulement il savait que ce n’était pas moi la proie, mais lui, il ne me regarderait pas de la même manière. Je lui lançais un regard paniqué :

    « -Où suis-je ? P-pourquoi m’avez-vous emmené ici ?
    –Identifiez-vous. lança t’il en regardant le dossier que je présume était le mien.
    –M-Malorie Parker…. fis-je en faisant semblant de bégayer.
    –Bien, si vous coopérez, peut être que vous  éviterez la peine de mort.
    -D-d’accord….
    -Où vivent-ils ?
    -Dans la rue Bourgeon…
    -Ne vous moquez pas de moi !
    hurla t’il en frappant du poing la table.
    -M-mais c’est vrai ! fis-je en tremblotant
    -Ecoutez-moi bien, je veux savoir où vivent les NO NAME ?! »   cria t’il.

    C’est bien ce que je pensais, il s’attendait à ce que je vende la mèche, il pensait qu’il allait me faire craquer et faire en sorte de tous les détruire, mais non ça ne se passera pas comme ça ; la révolution pour la liberté est en marche et personne ne pourra nous en empêcher, eux et moi, nous sommes invincibles.


  • Commentaires

    1
    cool2349
    Lundi 24 Novembre 2014 à 17:33

    Pas mal :3

    2
    Lundi 24 Novembre 2014 à 17:35

    Merci >/////<

    3
    Lundi 24 Novembre 2014 à 19:17

    Ouah, super chouette !

    Han, ça me donne envie de lire la suite *-*

    4
    Lundi 24 Novembre 2014 à 19:34

    Merci :3

    La suite sort bientôt!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :